Claude Rutault / À PEINDRE, TOUJOURS

Inframince #1

24 septembre - 16 octobre 2022

À PEINDRE, TOUJOURS / Claude Rutault

portrait : Claude Rutault © Claude Rutault

cuisine, rue Clavel © Claude Rutault

d/m 543 © Claude Rutault

toiles qui traversent © Claude Rutault

marelle, Saint Prim © Claude Rutault

d/m 161 © Claude Rutault

Claude Rutault / À PEINDRE, TOUJOURS

Inframince #1

24 septembre - 16 octobre 2022

Après-midi vernissage le 24 septembre de 14h00 à 18h00

« s’il y avait biographie, ce ne serait pas la mienne. ce serait celle des preneurs en charge, puisque l’écriture de la peinture m’aura permis de me retirer de la scène. »

Claude Rutault, la peinture fait des vagues, Musée des beaux-arts, Brest, 2007

Claude Rutault est un peintre français.
Claude Rutault peignait jusqu’en 1973 des œuvres figuratives. Claude Rutault, en 1973 repeint sa cuisine. Deux toiles à peindre montées sur châssis traînent là. Claude Rutault peint l’une d’entre elle avec la même peinture puis l’accroche au mur.

Par ce geste, tout autant spontané que radical, débute
une œuvre essentielle pour l’histoire de l’art, circonscrite par un ensemble de protocoles écrits qu’il intitulera dé-finitions/méthodes.

Cette première dé-finition/méthode (appelée aussi toile à l’unité) commence ainsi : « une toile tendue sur châssis, peinte de la même couleur que le mur sur lequel elle est accrochée ».

Jusqu’à son décès, en mai 2022, Claude Rutault n’a cessé d’alimenter, de complexifier, d’étirer – non sans humour – cette première dé-finition/méthode jusqu’à en proposer 657.

Proposition d’abord écrite – et l’on pourrait considérer Claude Rutault aussi comme un écrivain – à la manière de protocoles qui en permettent la réalisation, l’œuvre elle-même n’existe cependant qu’au moment de sa réalisation. C’est la raison pour laquelle Claude Rutault se considérait avant tout comme peintre plutôt qu’artiste conceptuel.

Des 657 dé-finitions/méthodes, certaines furent réalisées, d’autres restent à prendre en charge. Parmi celles déjà réalisées, de nombreuses sont réactualisées, c’est à dire qu’elles sont reproposées, repeintes, redimensionnées, refaites. En effet, comme l’écrit Claude Rutault, « mes peintures ont la vie courte mais elles ont plusieurs vies ». Ainsi c’est à chacun de se saisir de cette œuvre, de la faire vivre et évoluer. Les publications des dé-finitions/méthodes invitent d’ailleurs chaque « preneur en charge » (collectionneur, musée, institution…) à suivre les indications fournies en vue de la réalisation de l’œuvre et à prolonger ainsi le geste initié par Claude Rutault.

D’une grande force formelle et poétique, l’œuvre de Claude Rutault ne cesse d’inspirer les artistes contemporains. À l’instar de Yoko Ono, Lawrence Weiner, Olivier Mosset, Daniel Buren ou Niele Toroni, l’œuvre de Claude Rutault a emmené la peinture dans sa forme la plus radicale. Cette radicalité qui peut surprendre et interroger demeure néanmoins en constante conversation avec l’histoire de l’art : nombre de dé-finitions/méthodes donnent lieu à des dialogues avec d’autres peintures, celles du Fayoum, de Seurat, Mondrian, Poussin, Dürer ou encore Picasso.

Le travail de Claude Rutault a été présenté dans de nombreux musées nationaux et internationaux. Il est actuellement exposé dans le parcours permanent des collections du Centre Pompidou et il sera présent simultanément en 2023, au Musée du Louvre, au Musée d’Orsay et au Musée national d’art moderne.

À la galerie Duchamp, pour ce premier inframince – module court d’exposition -, il nous a semblé important de souligner la générosité de l’œuvre de Claude Rutault. En invitant les visiteurs du centre d’art à se saisir de l’œuvre, à la commenter, à l’expérimenter, à en devenir « des preneurs en charge » il s’agira de faire l’expérience de cette proposition d’une grande liberté.

Seront exposées une toile à l’unité, des œuvres en papier, des affiches réalisées par l’artiste mais aussi des dé-finitions/méthodes actualisables par tous permettant ainsi de se saisir de l’œuvre dans sa pratique même et de faire, justement, l’expérience de cette liberté.

Claude Rutault est né en 1941 à Trois Moutiers, France. Il s’est éteint en mai 2022. Il est représenté par la galerie Emmanuel Perrotin.


Les inframinces sont des expérimentations curatoriales de formats courts, programmées entre les expositions de la galerie Duchamp.


dimanche 9 octobre 2022 : Visite commentée de l’exposition de Claude Rutault puis « prise en charge » de différentes dé-finitions/méthodes : il s’agira de réaliser des peintures selon les consignes écrites de l’artiste. Goûter protocolaire offert !
Gratuit. Enfants et adultes bienvenus, sur réservation : https://www.weezevent.com/dimanche-a-duchamp

 

 

Abonnez-vous à notre newsletter

galerie Duchamp

pour recevoir nos invitations, notre programme, nos actualités

Votre adresse e-mail ne sera pas utilisée à d'autres fins, ni partagée. Se désinscrire est possible à tout moment.