Brûler, dirent-elles

Chantal Akerman, Arman, César, Raphaël Denis, Sophie Dubosc, Morgane Fourey, Anne-Valérie Gasc, Ana Mendieta, Anita Molinero, Jonathan Monk, Jérôme Poret, Sandrine Pelletier, Julian Rosefeldt et Piero Steinle, Victoria Selva

Exposition du 8 juin au 28 juillet 2019

Vue d'exposition

Jonathan Monk, Small Fires Burning (collection Angelica et Pascal Pillu) et Anita Molinero, Mur de feux, 2010-2015 (courtesy of the artist & Galerie Thomas Bernard/Cortex Athletico) © Marc Domage

Anita Molinero, Le Bayou

... anciennement dit la Regina, 2016-2018, Courtesy of the artist & Galerie Thomas Bernard/Cortex Athletico © Marc Domage

Vue d'exposition

Anita Molinero, Plastic Butcher : Yodock, 2010-2015 (courtesy of the artist & Galerie Thomas Bernard/Cortex Athletico), Morgane Fourey, Sans titre, 2016 (collection Angelica et Pascal Pillu), Sandrine Pelletier, Last Sun Set, et Arman, Cadre Brûlé de la série The Day After (collection Angelica et Pascal Pillu) © Marc Domage

Victoria Selva, 2017

J'ai du plâtre dans la bouche quand je veux te parler (détail) © Marc Domage

Victoria Selva, 2017

J'ai du plâtre dans la bouche quand je veux te parler (détail) © Marc Domage

Sophie Dubosc, 2015

Les Derniers seront les derniers © Marc Domage

Sophie Dubosc, Sans titre, 2019

cendres, cheveux naturels, verre © Marc Domage

Brûler, dirent-elles

Chantal Akerman, Arman, César, Raphaël Denis, Sophie Dubosc, Morgane Fourey, Anne-Valérie Gasc, Ana Mendieta, Anita Molinero, Jonathan Monk, Jérôme Poret, Sandrine Pelletier, Julian Rosefeldt et Piero Steinle, Victoria Selva

Exposition du 8 juin au 28 juillet 2019

L’exposition Brûler dirent-elles regroupe des jeunes artistes, confirmés ou historiques, hommes et femmes, de la région ou d’ailleurs qui partagent une relation au feu comme instrument de travail autant que comme symbole : l’exposition est née de cette conviction que rencontrer une œuvre est une affaire d’émotion, parfois aussi intense qu’une brûlure.

Julie Faitot